Lorsqu'une routine est bien huilée : elle peut déraper ?



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Lorsqu'une routine est bien huilée : elle peut déraper ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Messages in this world : 48

&&
Blabla
:
Disponibilité: Erf. Overbooké ! ☂

MessageSujet: Lorsqu'une routine est bien huilée : elle peut déraper ?   Jeu 16 Fév - 0:39

Je quittais les souterrains, alors que le matin arrivait. Les premiers rayons de l’aube vinrent heurter mes paupières, mais je n’en avais que faire. Observant le ciel encore clair, je m’étais adossé au mur de cette ruelle. L’une des ruelles d’où je sors la majorité du temps lorsque je quitte ma zone de travail. Mains dans les poches, je ne porte qu’un simple tee-shirt noir à manche longue par-dessus un jean bleu foncé à la coupe droite. Mes chaussures, renforcées malgré leur allure de simple basket, complétaient l’ensemble d’un look bateau. Celui du jeune n’ayant que peu de richesses.
Mes cheveux, désordonnés, étaient relevés en un catogan. Quiconque le voudrait pourrait remarquer la cicatrice et l’absence de chair au niveau du conduit auditif. Cette oreille gauche manquante, cette oreille qui indique souvent aux « habitants des souterrains » ce que je suis.

Un léger bip sonna, et d’un geste vers ma montre je le faisais se stopper. Oui, cela devait être l’heure. Mon regard se porta sur la gauche, la boulangerie ne devrait plus tarder à ouvrir. Les effluves de ses premiers pains, de ses croissants, de ses melons-pan et de ses nombreuses autres viennoiseries du pays nommé « France » se retrouveraient alors logés à la vente.
Mais avant cela, un bruit sur ma gauche fit se tendre mon corps. Dans l’ombre de la ruelle et du jeu d’ombres de l’aube, je remarquais de suite l’un de mes protégés. Mon regard était sombre, glacial, alors que je serrais les dents :

« Je croyais avoir interdit aux membres de l’équipe de prendre la même sortie après un briefing… »

Mon ton était assez coupant, mais ma voix n’était qu’un murmure. Il esquiva mon regard, le fuyant même. Il tremblait, se mordait la lèvre inférieure. Il semblait chercher ses mots, mais je compris avant même qu’il ne parle.

« Rends-toi à cette adresse. Les formalités pour ton retour à la vie civile seront établies. Je te l’avais dit, de ne pas t’attacher à cette boîte de ferraille. Tu es trop faible, disparais. »

Sans un mot, il quitta les lieux. Il irait à cette adresse…Mais on ne quitte pas les Hunters aussi facilement. Et si jamais il fuyait et ne s’y rendait pas, alors que je l’éliminerais. Car il a été « sauvé » par sa Neo. Une Neo Infectée qui avait caché ce fait. Car sa haine a disparu. Car le doute s’est insinué. Car il désire désormais, cet idiot, les voir comme des humains ! Je le tuerais, plutôt de prendre le risque qu’il ne rejoigne les News Neo.
Mais, me décollant du mur, je retirais le lacet de cuir retenant mes cheveux. Mon oreille fut de nouveau cachée. Pour les rares passants, j’avais parlé à un jeune à l’allure sombre. A l’allure de gang. Un « voyou ». Et il m’avait oublié. Je devais passer pour un chef de gang dans le coin depuis le temps, mais je m’en fichais.

Poussant la porte d’entrée de la boulangerie, je devais être son premier client. Et vu l’heure, le second n’arriverait pas si vite. Au Japon, les boulangeries restent moins côtoyées que dans les pays occidentaux après tout : le pain n’est pas l’aliment « phare » de nos petits déjeuners. Par contre, en dessert avec les melon-pan, ou le midi en yakisoba-pan…nous japonais sommes plus nombreux dans les boulangeries.
Enfin, j’observais les délices sous la vitre et tout en tournant mon visage vers le vendeur, je lui fis un sourire. Ce n’est pas le propriétaire…Qu’importe.

« Bonjour. Je prendrais une baguette rustique. Et…que me conseillerez-vous parmi nos viennoiseries et pâtisseries aujourd’hui ? »

Oui. Je prenais toujours la même baguette. Et une « gourmandise » dans la suggestion du vendeur. En fait, peu m’importait mais cela cultivait une bonne image. Et c’était mieux. Et puis, quelque chose d’un peu sucré était adéquate face au sommeil dans mon regard. Les traces d’une nuit blanche étant encore à peine perceptibles.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://migoto-renaissance.forumactif.org/

avatar
Messages in this world : 29

MessageSujet: Re: Lorsqu'une routine est bien huilée : elle peut déraper ?   Jeu 16 Fév - 15:21

La journée appartient à ceux qui se lèvent tôt. C'était la phrase de motivation de Kinoto. Mais pour lui, c'était très tôt. La gestion d'une boulangerie commence avant le levé du soleil. Il faut faire chauffer les fours, passer le balais, entreposer les pâtisseries et lancer la production des pains. Le jeune homme s'occupait aujourd'hui de l'accueil des clients. Le ventail en fer encore baissé derrière les vitres de la boutique, Kinoto passait le balais chantonnant, tablier et gants portés.. Puis l'heure arrivant pour l'ouverture, il alla relever le rideau en fer.

Son regard se porta sur l'extérieur de la boutique, où il remarqua, il lui semble, un de leurs plus fréquents clients. Un jeune homme à peu prêt du même âge que le vendeur, mais pas de la même carrure. Curieux, Kinoto suivit la direction dans laquelle parlait l'homme et vit quelqu'un, à l'allure peu attirante pour enclencher une discussion. Pourtant, l'homme, qui se dirigeait maintenant vers le magasin, ne semblait absolument pas du genre à fréquenter ce type de personnes.

Allant se mettre derrière le comptoir après avoir déverrouillé la porte, Kinoto prit son sourire de vendeur, accueillant ainsi le premier, pour un moment, client de la journée. Écoutant attentivement la commande de l'homme, Kino' hocha la tête et alla donc demander la préparation d'une baguette rustique. Puis, lorsqu'on lui demanda conseil pour un dessert, il se mit à réfléchir, laissant filer son regard entre les différents aliments.

-Et bien... Pour un bon petit déjeuné, je conseillerai les tartes. Allant de celles aux pommes à celles au citron. Puis après tout dépend ce que vous mangé. Si je puis me permettre, pour avoir plein d'énergie pour la journée, un chou à la crème ou un éclair possède toutes les calories nécessaires.

Avec un air fier sur le visage, Kinoto montra les différentes pâtisseries, tout en lançant quelques regards au client. La curiosité est un vilain défaut mais quand le jeune vendeur avait une question en tête, ça ne le quittait. Et puis rien n'interdit la discussion entre le client et le vendeur, et ça faisait longtemps que le boulanger n'avait pas eu de contact social hors famille. Et comme on dit "qui ne tente rien, n'a rien".

-Et comment allez vous, Monsieur?

Même si il voyait souvent ce client, il n'avait jamais vraiment désiré le connaître mais là c'était différent, la curiosité était trop forte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages in this world : 48

&&
Blabla
:
Disponibilité: Erf. Overbooké ! ☂

MessageSujet: Re: Lorsqu'une routine est bien huilée : elle peut déraper ?   Jeu 16 Fév - 15:54

Un sourire travaillé : le sourire du commerçant. Un sourire qui fait écho au miens en un sens. Car il s’agit de sourire faux, travaillé pour être agréable et accueillant, mais surtout, faire bonne impression. J’ai beau être « classique » comme homme, je noue assez facilement des amitiés grâce à ce faux souvenir. Alors que mon regard se promenait sur la boutique, je remarquais le balai dans un coin bien rangé. J’y pense, je n’ai jamais vu de Neo s’occupait de l’endroit. Est-ce pour cela que je me rends à cette boulangerie qui est pourtant loin de mon logement ?
Enfin, le vendeur fit remonter ma requête. Les baguettes rustiques ne sont donc pas encore prêtes ? Et bien, je ne suis pas à 10-20 minutes prés non plus. J’observais cette personne, ayant probablement le même âge que moi ou dans les alentours, réfléchir. Prenant un air songeur, je vins à dire la vérité pour une fois.

« J’avoue ne pas savoir…Mon dernier repas remonte à hier après-midi, il s’agissait d’un bol de ramen. Et j’ai dû faire nuit blanche. J’ai donc faim, mais j’ignore si quelque chose de trop riche resterait adapté, ou de trop sucré même. »

Je sais qu’une personne qui travaille dans ce domaine s’y connaîtra plus que moi sur ce qui est adapté. La diététique, ou même, une « hygiène alimentaire correcte » : cela ne fait pas vraiment partit de ma formation initiale. Sa question me sortit de mes pensées. Et je lui souris pour sa sollicitude.

« Dans l’immédiat, je ne saurais dire. Le sommeil s’en vient mais j’ai des impératifs pour la journée, des rendez-vous. Alors, je cherche de quoi me requinquer chez vous. Lorsque mes nuits sont longues, votre boutique a souvent eu ce qu’il fallait pour me remettre sur pieds. »

Et puis, même moi j’ai des « péchés mignon ». Et les sucreries en font partit. La première fois que j’ai mangé une parte d’entremet, c’était en récompense pour mon travail. C’est lorsqu’on vint à tester notre capacité à tuer. Oui, ce jour qui aurait dû rester noirci c’était éclairé par un excellent entremet chocolat-praliné avec feuillantine craquante. D’ailleurs, à cette pensée, je lui demandais :

« Vous auriez quelque chose à base de chocolat-praliné ? Ce serait probablement plus pour dans la journée…Pour manger à deux d’ailleurs. »

Oui. Je lui offrirais une part, avant d’exécuter les ordres si la suspicion de passage à l’ennemi est confirmée.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://migoto-renaissance.forumactif.org/

avatar
Messages in this world : 29

MessageSujet: Re: Lorsqu'une routine est bien huilée : elle peut déraper ?   Dim 19 Fév - 16:03

La chaleur des fours commencent à filtrer entre la pièce arrière et celle de vente de la boulangerie. Venant réchauffer le dos de Kinoto qui, toujours souriant, écoutait attentivement son client parler. En effet il avait l'air assez fatigué et blafard, et donc en besoin de quelque chose de lourd pour recouvrer l'énergie. Continuant de l’écouter, Kinoto était ravi d'entendre que l'homme venait ici souvent. Cela montrait que la boutique avait réussi à fidéliser une clientèle pourtant très difficile envers ses produits venant d'une culture complétement différente.

En continuant d'être à l'écoute, Kinoto apprit une nouvelle chose sur celui lui faisant face, il aimait le chocolat praliné? Hmm intéressant. Le sourire de Kinoto n'en fut que plus grand et sincère. Oui, ils ont plein de bonnes choses pour satisfaire sa demande, le seul hic c'est qu'il faut que le produit reste au frais. Sinon le goût partir, ça se sera ramolli et donc ça sera immangeable. Mais maintenant avec le progrès, pratiquement tout est faisable. Et donc, une petite boite rafraichissante existe. Donc, pour répondre aux attentes du client, Kinoto reprit la parole.

-Oh oui nous avons quelques pâtisseries à base de chocolat praliné. Nous avons du gâteau fondant, des entremets, des cupcakes au coeur fondant. Et, idée du patron, nous avions idée de remplacer la crème des choux par une au chocolat praliné. Mais, victime de son petit succès, on en a pas pour le moment. Désolé

Il avait l'air vraiment peiné de ne pas pouvoir tout proposer. Mais il supposait que son client saurai trouver quelque chose parmi les quelques propositions présentes dans la vitrine. Alors, attendant qu'il ne se décide, Kinoto alla jeter rapidement un coup d'oeil derrière, voyant la première tournée bientôt mise au four. Il sourit, revenant vers son client.

-Les baguettes vont bientôt être enfournée. Pour la pâtisserie, souhaiteriez vous une petite caisse rafraîchissante? Pour éviter que votre commande ne tourne avec la chaleur du jour.

Il en sortit une de dessous le comptoir pour la montrer à son client, la posant devant lui pour qu'il puisse l'examiner. Kinoto se tenant droit, il observait l'allure du jeune homme avant que ses yeux ne croient voir quelque chose d'assez surprenant. Voyait il mal ou... Peut être. Une oreille manquante? Puis il se rappela ce qu'il avait vu en ouvrant la boutique.

-Désolé de posé la question, c'est assez impoli, mais vous fréquentez beaucoup de personnes dans le même genre que celle à qui vous parliez en venant ici?

L'air naïf, le Kinoto de la vie privée avait pris le dessus sur le vendue,r laissant la curiosité emplir son regard et se poser dans celui du client.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Lorsqu'une routine est bien huilée : elle peut déraper ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lorsqu'une routine est bien huilée : elle peut déraper ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Neo'Doll World :: JAPAN ;; TOKYO :: CENTRES COMMERCIAUX-
Sauter vers: