Entre Laverie et Tromperie on trouve le Linge Sale !



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Entre Laverie et Tromperie on trouve le Linge Sale !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Messages in this world : 48

&&
Blabla
:
Disponibilité: Erf. Overbooké ! ☂

MessageSujet: Entre Laverie et Tromperie on trouve le Linge Sale !   Mer 15 Fév - 23:52


J’observais ma boîte mail. Devant cet ordinateur, dans cette pièce sombre, mes yeux restaient captivés par l’écran holographique d’un bleu translucide. J’attendais une alerte, un ajout, un travail, un ordre. Assis devant, une jambe repliée contre moi, j’attendais dans le noir.
J’habitais un logement un peu vétuste. Un studio. Oui, la paie d’un « Rat » est correcte mais je n’éprouve pas réellement de « besoins » de le dépenser. Et cela ne serait pas conforme à l’identité civile que je me suis créé. Dans ce studio d’une trentaine de mètre carré à peine je vivais quand même bien. Une kitchenette correctement rangé. Un placard mural pour mes affaires…qui cachait plusieurs planques pour de l’armement de l’état. Notamment mon fusil de sniper et mes munitions électriques pour Neo. Des toilettes, avec un meuble pour une pharmacie et un évier simple avec miroir. La pièce à vivre avait un simple futon déplié sur lequel j’étais assis. Un ordinateur à écran holographique, bas de gamme et classique à notre époque, flottant. Le clavier holographique s’activant lorsque je voulais pianoter dessus.

Volets et fenêtres étaient closes…J’étais dans mon monde de silence et d’attente. Mais, soudain, une fenêtre s’ouvrit. La caméra de sécurité de l’entrée de mon immeuble. Un de mes « amis » s’en vient.
Soupirant, je me levais. Un clic ouvrit un traitement de texte avancé. Appuyant sur un bouton, mes volets s’ouvrir. C’était la fin de journée, mais pas encore la nuit. Peu importe.
Me changeant rapidement, je passais une veste à capuche par-dessus mon jean noir délavé. Avisant d’un œil critique la pile de linge sale. Et là, on sonna.

« J’arrive. » Dis-je, d’une voix forte.

Inspirant, mon regard se fit soudainement plus vivant. Faussement vivant. J’ouvris la porte, souriant à l’étudiant en face de moi.

« Kiyo-kun ! Dit, tu as du linge à laver ?
- Toshi-kun. Oui, mais pourquoi ?
- Prends-le, faut que je te montre un truc ! »


J’étais un peu étonné, du moins suspicieux. Mais je pris mon sac pour la laverie que j’avais l’habitude d’emmener. Mon immeuble a une laverie à la cave, mais là, je le suivais. Montait dans sa voiture même s’il s’excusa. Après tout, mes amis pensent que je suis encore mal à l’aise depuis la perte de mon bras en voiture…Lui souriant, j’affirmais que cela irait.
Après cinq minutes de route, il se stoppa et se gara. Pourquoi prendre l’auto ? Marcher aurait suffit…Je pris mes affaires et me retrouvait devant une laverie automatique.

« On y est ! Bon, tu as ton téléphone ?
- Oui…
- Faut vraiment que t’investisse dans un Neo Kiyo-kun. Je t’envoi une photo. Ce type, c’est un Hunter ! Je sais que t’es bloqué pour ton livre, Ayumi-chan me l’a dit. Tu vas pouvoir le questionner ! Selon le proprio il est entré y’a 10 minutes ! Alors fonce ! Oh et, prend un autographe pour mon p’tit frère s’il te plait. Moi, je suis attendu à un goukon. Je file ! Bon courage Kiyo-kun ! »


Et il partit avant de me laisser en placer une. Toshiya, une personnalité exubérante avec une Neo à forte poitrine qui me donnait envie de vomir. Un étudiant comme un autre. Enjôleur, porté sur les substances et avec un petit grain. Mais le genre dévoué à ses amis…Utile pour obtenir des informations.
Regardant la photo, mon air se fit plus sombre alors que je passais ma capuche sur ma tête. Il n’est pas un des miens…je dois prendre l’autographe mais, pourquoi ne pas tester ce type ? Mon équipe est actuellement réduite depuis quelques pertes…Voyons s’il pourrait me plaire.

Je pénétrais les lieux. Le vieil homme servant de proprio ne semblait pas assister par un Neo. Il avait même placardé une fiche interdisant la présence d’androïde. Un anti-Neo hein ? Je devrais peut-être venir plus souvent ici…voir s’il n’y a pas d’autres « anti-Neo » qui viennent. Ils ont souvent de bonnes recrues potentielles. Mais j’avisais ma cible. Me dirigeant vers lui, me fichant complètement qu’il y avait des machines libres plus loin.

Je remplissais la machine, mettais les produits, payais et lançais le programme. Ceci avant de sourire à l’homme et de lui tendre la main.

« Kiyomaru Hikari, je viens d’arriver dans le quartier ! Vous venez souvent ici ? »

Commençons simple…le plus importante, avoir l’air naturel. Je lui avais tendu mon bras droit. Celui de cette prothèse bionique imparfaite. La sensation de métal, même à travers le gant, devait se sentir. Ainsi que la force de la poigne de métal. Le test débute dés à présent…Quel genre de Hunter est cet homme dont j’ignore le nom ?

_________________


Dernière édition par Kiyomaru Hikari le Mer 1 Mar - 9:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://migoto-renaissance.forumactif.org/

avatar
Messages in this world : 65

&&
Blabla
:
Disponibilité: Hum, à voir. ㋛

MessageSujet: Re: Entre Laverie et Tromperie on trouve le Linge Sale !   Jeu 16 Fév - 13:11



Lavons le linge sale




Six semaines. Presque deux mois que les machines à laver de la résidence de Jun étaient tombées en panne. Tout les locataires se plaignaient constamment mais le propriétaire des lieux ne semblait pas pressé de lâcher de l'argent pour réparer les engins. Afin d'essayer de calmer les esprits et de se dédouaner, il avait fait tenté de faire croire que le souci venait d'une panne dans certains circuits électriques de la résidence et que les réparer pourrait être dangereux et très couteux. Jun n'y croyait absolument pas mais en venant habiter dans ce quartier miteux il s'était depuis longtemps préparé à ce qu'arrive ce genre de soucis. Et puis, lui même étant proche de son argent, il était mal placé pour cracher sur ce propriétaire un peu trop radin au goût de ses locataires.

Pendant presque deux semaines, Jun avait vécu en fouillant dans le fin fond de son placard pour y trouver des habits propres, laissant s'entasser le linge salle dans un coin. Malheureusement, le moment ou il n'avait eu absolument plus rien à se mettre était bien vite arrivé et le jeune homme avait du se rendre à l'évidence: il lui fallait faire une lessive.
Même si il n'y était jamais allé, Jun avait repéré quelques laveries dans son quartier. Il avait donc rassemblé tout son linge sale dans un sac avant de le donner à son Néo avec pour consigne d'aller le laver dans la laverie qui présenterait les prix les plus bas. Malheureusement, ce dernier était bien vite revenu avec le linge dans le même état. Il avait fallu que la laverie la moins cher du quartier soit une laverie qui n'acceptait pas les Néo's.
C'est avec résignation que Jun avait donc commencé à fréquenter cette dite laverie, obligé d'aller laver son linge lui-même afin d'économiser quelques centimes.

Après quelques semaines à ce rythme, Jun était presque devenu un habitué des lieux.
Bien sur, venir ici pour laver son linge n'était jamais une réelle partie de plaisir mais au moins il pouvait s'offrir un moment plus ou moins au calme dans un endroit ou il était sur de ne croiser aucune machine... Seulement des petites vieilles qui aimaient lui parler de la pluie et du beau temps en croyant naïvement qu'il écoutait.

Ce jour là, la laverie était déserte. Après avoir mis son linge dans la machine, Jun s'était donc tranquillement installé sur une chaise non loin, écouteurs sur les oreilles.
Plongé dans son petit monde, c'est à peine si il remarqua l'entrée d'un second client. Il ne fut réellement tiré de ses pensées que lorsque le jeune homme se retourna vers lui pour lui tendre la main et se présenter. Légèrement surpris sur le coup, Jun regarda autour de lui par réflexe comme pour être sur que l'inconnu venait bien de s'adresser à lui. Constatant que c'était effectivement le cas, Jun arrêta sa musique et se redressa. Heureusement, il n'avait jamais eu pour habitude de mettre le son de son casque très fort et il avait donc pu entendre et comprendre toute la phrase du jeune homme lui faisant face.
Jun scruta son vis-à-vis un instant, l'observant de la tête aux pieds, avant de finalement lui serrer la main en répondant d'un ton neutre et un brin désintéressé.

" Je commence à être un habitué des lieux oui... "

Il ne s'était volontairement pas présenté. Il n'en voyait pas l'intérêt. De même, il ne ferait pas de remarque sur cette main froide et inhumaine qu'il venait de serrer.
Jun lança un regard autour de lui. La laverie était toujours aussi vide et pourtant cet inconnu avait choisi de venir laver son linge pile à côté du chasseur...

" Vous êtes venus uniquement pour laver votre linge ou vous êtes en mal de conversation ? "

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages in this world : 48

&&
Blabla
:
Disponibilité: Erf. Overbooké ! ☂

MessageSujet: Re: Entre Laverie et Tromperie on trouve le Linge Sale !   Jeu 16 Fév - 13:38

Ma première pensée fut « pas assez sur ses gardes ». Même si cet établissement interdit les Neo, il n’a pas de scanner digital ou rétinien pour certifier de la chose. Aussi, un Neo Infecté se faisant passer pour un humain peut se rendre ici afin de brouiller des pistes. Hum…A moins que cela ne soit moi, qui suis attentif à en être paranoïaque. Peu importe.
Il n’avait pas réagit à mon entrée, et j’avais fait mes affaires sans même sentir son regard sur moi une seule fois. Alors, la surprise que je vis sur son visage lorsque je vins lui parler, elle était tout a fait logique. Mon sourire s’accentua, alors que je penchais légèrement la tête sur le côté : comme marquant mon attente et interrogation. Il quitta sa musique, et me serra la main. Pas de marque visible de dégoût, sauf si j’extrapole sur le fait que la poignée de main fut courte. Mais c’est une pensée qui relève encore de l’hypothèse.

Enfin, alors qu’il me répondait en omettant volontairement son nom, mon regard pétilla. Je m’asseyais sur la chaise à côté de la sienne alors qu’il observait la laverie. Sa question me fit penser qu’il sait réfléchir. Mais elle me tira un léger rire alors que je laissais mon dos choir contre le rebord de la chaise. Prenant une pause vraiment détendu. Ma manche glissant pour révéler des morceaux métalliques de ce bras androïde. Toshi avait avertit le vieux que j’avais un bras bionique et qu’il ne devait pas croire que j’étais un Neo.
Ma capuche tomba. Révélant ma touffe de cheveux qui cachait par moment mes yeux avec cette frange en vadrouille. Et j’étais assis de façon à ce qu’il ne puisse pas apercevoir mon oreille gauche. Donc, sur la chaise de gauche justement.

« Franchement ? Attendre que la machine se termine c’est vraiment long alors : pourquoi ne pas discuter ? »

Mes yeux restaient sur lui, le détaillant. Mon menton vint se poser dans la paume de ma main gauche alors que je le regardais. Ajoutant d’une voix amusée et charmante :

« Vous ne voulez vraiment pas me dire votre nom ? C’est dommage, moi qui suis venu à cette laverie exprès pour vous et vos beaux yeux ! »

Mon regard se reporta sur ma machine où le linge tournait et tournait dans un ballet presque captivant. Je me permis alors de dire, toujours aussi joyeux :

« Voyez-vous, je suis écrivain. Et je suis toujours à la recherche de détails, de sources, de témoignages aussi. Un ami m’a dit votre profession…Je suis simplement curieux. Vous accepteriez de m’en parler ou et, de signer un petit autographe aussi ? Mon ami adooooore les gens comme vous. »

Et ce n’est qu’en terminant cette phrase, que je retournais mon regard sur lui. Que viendrais-je à lire ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://migoto-renaissance.forumactif.org/

avatar
Messages in this world : 65

&&
Blabla
:
Disponibilité: Hum, à voir. ㋛

MessageSujet: Re: Entre Laverie et Tromperie on trouve le Linge Sale !   Jeu 16 Fév - 14:01



Lavons le linge sale




Voilà l'une des raisons faisant que Jun détestait les gens. Les gens sont comme les chats: plus ils sentent que vous ne voulez pas d'eux, plus ils viennent vous embêter. Malheureusement pour Jun, son côté asocial devrait drôlement bien se sentir pour qu'il s'attire toujours les parasites les plus collants en encombrants.

Jun observa l'étranger prendre ses aises en s'installant sur la chaise à côté de la sienne. Pourquoi ? N'y avait-il pas des dizaines d'autres chaises de libres ? A croire que le chasseur ne s'était pas trompé: ce type semblait avoir une sacré envie de discuter... A moins que ce ne soit tout autre chose ?
Jun ne put que remarquer le bras bionique légèrement dévoilé par la posture de l'homme... A croire d'ailleurs qu'il l'avait fait exprès. Drôle de comportement tout de même. En temps normal, les personnes saines d'esprit ont plutôt tendance à cacher leur différence, surtout dans un monde ou règne un tel climat de méfiance. Ce bras inhumain pouvait signifier pas mal de choses. Même dans un endroit interdit aux Néo's, il n'était pas impossible de croiser un infecté se faisant passer pour un humain. L'inconnu pouvait également être un Rat ayant choisit de sacrifier son bras, ou tout simplement un pauvre gars qui n'avait pas eu de chance. Bah... Peu importe, Jun n'était pas là pour se poser mille questions mais simplement pour laver son linge.

Jun fut tiré de ses pensées par la nouvelle prise de parole de l'étranger. Il lui lança un regard un brin fatigué avant de répondre d'un air toujours aussi désintéressé.

" Désolé, je ne suis pas de bonne compagnie pour discuter... "

Parfois, cela suffisait à faire baisser les bras aux gens essayant d'entrer en contact avec lui. Malheureusement cette fois-ci, ce ne serait pas suffisant.
En voyant la posture, l'air souriant du jeune homme lui faisant face et surtout en l'entendant parler, Jun leva un sourcil. Si c'était une technique de drague c'était sans doute la pire à laquelle il avait eut droit de toute sa vie. Il était vraiment bizarre ce type... Et il avait quelque chose de louche que Jun ne parvenait pas à s'expliquer.

Lorsque son vis-à-vis reprit la parole, Jun afficha un air légèrement surpris. Un écrivain ? Vraiment ? Le métier offrant une parfaite couverture pour obtenir des infos l'air de rien... Et qui était ce fichu ami qui l'avait visiblement assez espionné pour connaitre son métier ? Pas que Jun ne cherche à cacher sa profession mais il détestait se sentir épier.

" Ma profession, vraiment ? Et en quoi cela vous intéresse ? "


Cette affaire, Jun ne la sentait pas... Au point d'ailleurs qu'il aurait sans doute préféré tomber sur une n-ième petite vieille venant lui raconter sa vie. Le chasseur avait toujours été plus du genre à écouter qu'à parler.

" Êtes-vous au moins sur que votre ami vous a bien renseigné ? Votre petit espion semble avoir oublié de vous mentionner que je ne suis pas du genre bavard et que je ne signe pas d'autographe... "

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages in this world : 48

&&
Blabla
:
Disponibilité: Erf. Overbooké ! ☂

MessageSujet: Re: Entre Laverie et Tromperie on trouve le Linge Sale !   Jeu 16 Fév - 15:24

« Asocial » est le mot qui caractérise les gens comme lui. Moi ? Je ne sais pas vraiment. Je suis ce qu’il y a besoin que je sois. Un caméléon qui ne possède qu’une seule peau de rechange par contre. Je deviendrais vite fou à multiplier les identités et les passés sinon !
Enfin, la façon qu’il avait de brandir des murs entre lui et les gens est correcte. C’est une bonne chose. Les émotions de compassion, de confiance, d’amitié et d’amour sont traîtresses et dangereuses. Savoir s’y fermer fait déjà de lui un élément intéressant. Prometteur peut-être même. Je peux comprendre pour son Rat l’a approché. Alors, c’est moi qui repris la main. Et au mordant de sa question, je ricanais légèrement. Mes mains formèrent comme un triangle devant mon visage, alors que je souriais à pleine dents. Alalala…

« J’avoue que mon espion n’est que l’ami d’un ami d’un ami à la base. Sociabiliser est parfois plus utile qu’on ne le croit. Si cela vous rassure, je n’ai que le nom de votre métier et votre photo à cette laverie. Même votre nom, je n’ai pas encore put l’obtenir. »

Me redressant, je vins à m’adosser aux machines à laver de façon à lui faire face. Attrapant un porte-monnaie dans la poche de mon sweat, je le lui lançais. Il devait y avoir plusieurs billets…Qu’il prenne la somme qu’il veut.

« Et contre de la monnaie, vous parleriez ? Mon livre a Vraiment besoin de réalisme vous voyez. »

Puis, sous une pointe d’humour salace, j’ajoutais :

« A moins qu’il ne faille payer en nature avec les gens comme vous ? Vous êtes si peu ouvert, qu’on pourrait se demander si vous ne préférez pas les machines que vous devez traquer au genre humain… »

De la provocation. Gratuite. Mais mon sourire était toujours là. Finalement, je fini par m’asseoir sur le lave-linge. Les jambes dans le vide, je sorti un calepin et un stylo.

« Voyez-vous, mon livre traite de la traque d’un Infecté par un Hunter. Mais alors que ce-dernier y arrive…son Neo personnel réalise après coup qu’il a été infecté. Cette machine veille alors à cacher sa condition à son propriétaire, Hunter émérite. Selon vous : est-ce possible pour une machine de cacher son infection ? »

Oui, je me permettais de commencer à questionner. Et puis, je suis vraiment curieux de savoir quel genre de penser il suit. Quoique, vu son caractère, peut-être se contentera-t-il de juste m’envoyer chier. Cela serait aussi amusant. Mais jusqu’où puis-je me permettre de le provoquer ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://migoto-renaissance.forumactif.org/

avatar
Messages in this world : 65

&&
Blabla
:
Disponibilité: Hum, à voir. ㋛

MessageSujet: Re: Entre Laverie et Tromperie on trouve le Linge Sale !   Jeu 16 Fév - 15:50



Lavons le linge sale




Il était définitivement tombé sur un illuminé. Il n'y avait que les illuminés pour agir de manière aussi naturelle et enjoué en face d'un parfait inconnu... Les illuminés et les gens très malins... Ceux qui cachent leur jeu dans l'espoir d'obtenir quelque chose ou dans l'attente du bon moment pour agir. Plus cet homme bougeait et parlait, plus Jun se fermait se se méfiait. Après tout, peut être était-ce lui qui était définitivement trop paranoïaque et asocial pour supporter ce genre de personnage.

En entendant parler de photo, Jun du retenir un soupir énervé pour ne pas trahir l'état de ses nerfs. Visiblement il s'était trop relâché dernièrement pour ne pas remarquer qu'un parfait inconnu l'espionnait jusqu'au point de réussir à le prendre en photo. Il devrait voir à vite se reprendre afin de ne pas devenir une cible facile. Quoi qu'il en soit, il payait actuellement le prix de sa négligence en devant supporter ce drôle de personnage.

Jun s'apprêtait à envoyer balader une nouvelle fois son interlocuteur lorsqu'il reçut une petite bourse. De l'argent ? Voilà que l'écrivain commençait à parler dans sa langue.
Après un instant, Jun ouvrit la bourse pour regarder ce qu'elle contenait. Visiblement, l'homme était loin d'être sans le sous. Bizarre pour quelqu'un venant faire sa lessive dans ce genre d'endroit. Et puis, si ses bouquins marchaient assez bien pour lui rapporter un salaire correct, pourquoi s'embêtait-il à venir questionner un chasseur asocial et peu enclin à la communication dans un quartier aussi sordide ?
Jun laissa filtrer un très léger soupir avant de prendre deux billets dans la bourse.

" Très bien, j'accepte de répondre à quelques questions pour votre...livre... "

Répondre était une chose, dire la vérité en était une autre.

La provocation gratuite de l'écrivain fit légèrement tiquer le chasseur. Il le fusilla du regard durant un quart de seconde avant de se reprendre. Habituellement, Jun n'était pas homme à s'emporter à la moindre provocation, au contraire. Cependant, il fallait avouer que son interlocuteur avait su toucher un point particulièrement sensible. Quoi qu'il en soit, mieux valait prendre sur soi et ne pas répondre. Pour cette remarque cependant, il prit un nouveau billet dans la bourse. Bien fait !

Jun écouta la première question de l'écrivain d'une oreille distraite, plus occupé à regarder le temps restant s'affichant sur sa machine à laver.

" Les Néo's infectés peuvent se révéler très malins et intelligents... Mais un Hunter digne de ce nom découvrirait vite la vérité... J'espère que vous n'écrivez pas un roman à l'eau de rose sur un Hunter et son Néo ? "

Rien que l'idée le dégoutait, lui tirant presque un frisson.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages in this world : 48

&&
Blabla
:
Disponibilité: Erf. Overbooké ! ☂

MessageSujet: Re: Entre Laverie et Tromperie on trouve le Linge Sale !   Jeu 16 Fév - 16:27

Civils et Hunters…C’est en ce genre de situation que l’on voit que ce n’est pas le même monde. Plus le même pour être exact. Les civils sont insouciants et bien souvent, outre les asociaux et théoriciens du complot, prompt à engager la conversation et discuter. Surtout lorsqu’ils sont seuls. L’Humain est une créature sociale comme nombre d’expériences scientifiques l’ont au fil des siècles. Je retiens un petit rire mental d’ailleurs, en pensant que notre structure sociale est proche de celle des rats. Comme c’est risible pour moi. Mais l’homme en face de moi n’est plus un civil. Il pense en termes de danger, d’ennemi. Il essai de m’analyser et car il essai, il se rend compte qu’il y a quelque chose d’étranges avec moi. Je dois passer pour un fêler au mieux. Car nous sommes ainsi…Suspects face à ceux qui nous interpellent. Car nous nous braquons. Car nous nous fermons et ne laissons filtrer que ce que nous souhaitons. Nous calculons : pour notre survie.

Le choix de mettre de l’argent sur la table fut salvateur. Au moins, il n’est pas encore partit sans ses affaires…ou en me cognant. Tant mieux ! Et puis, son attrait pour la monnaie me fait dire que l’argent reste probablement une chose qu’il apprécie dans son « métier ». D’un point de vue personnel, je préfère lorsque mes Hunters remplisse au moins un critère entre : avare/avide ou haine des Neo. Je ne supporte pas les « justiciers ». Ils finissent toujours par souffrir de leur volonté de « sauver/libérer » les Neo Infectés ces cons. Mais tous les Rats n’ont pas les mêmes critères…

« Et bien, vous savez aussi donner des réponses positives alors ! » Répliquais-je, rigolant, alors qu’il prenait deux billets. Ou plutôt trois à cause de ma pique juste avant. Alalala…il est susceptible le petit ? D’ailleurs, si cela se trouve, on a le même âge…Qu’importe.

Ma question, mon jeu démarra. Je notais ses réponses en annotation que moi seul, ou un autre Rat, pourrait comprendre. Ce n’était pas vraiment ses mots que je notais, mais ce que j’en analysais. Il ne sous-estime pas ses proies. Mais il surestime le Hunter. Oh et…ce frisson…oui ! C’est une bonne chose ça ! Vérifions.

« Pourtant, les hunters ne sont-ils point humain et faillible donc ? Je me demandais : leur formation est-elle si terrible qu’ils peuvent aussi facilement décrypter qu’un androïde agit comme un humain ? »

Oserait-il parler des Rats ? Nous sommes un « secret de polichinelle » de ce que j’en sais. On fait comme si personne ne savait mais nombreux sont ceux à savoir que les Hunters sont gérés par des agents de l’état. Enfin, avec un grand sourire digne d’une publicité pour Colgate Premium, marque d’excellence depuis prés d’un millénaire, j’ajoutais :

« Je suis auteur de romans érotique gay vous voyez. Alors, mon lectorat attend quelque chose d’assez chaud quand même… »

Tous le monde sait que les écrivains ou fans de romances homosexuel sont parfois un peu givré. Ou « fofolle » si des hommes. Alors, je jouais avec les clichés sans gêne ou honte. Et je me permis un clin d’œil aguicheur pour rigoler avant de reprendre.

« Donc, nous disions ! Un Hunter ne peut pas tomber amoureux d’un Neo ? Même si ce-dernier lui sauve plusieurs fois la vie ? Non car qu’un Neo tombe amoureux de son maître c’est facile à comprendre ça. Mais l’inverse…Vu la façon dont vous laissez des pièces détachées derrières vous, je suis curieux. Ces pauvres machines sont-elles si détestables ? »

Oui…Elles méritent d’être annihilée. Et prétendre le contraire, avec une moue presque triste…Cela me retourne l’estomac.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://migoto-renaissance.forumactif.org/

avatar
Messages in this world : 65

&&
Blabla
:
Disponibilité: Hum, à voir. ㋛

MessageSujet: Re: Entre Laverie et Tromperie on trouve le Linge Sale !   Jeu 16 Fév - 16:56



Lavons le linge sale




Jun était vraiment le pire des idiots... Il venait à peine de se faire la remarque comme quoi il n'était pas assez sur ses gardes et voilà qu'il tombait à pieds joints dans le piège de l'argent. Il était vraiment trop près de ses sous et voilà que ça lui jouait des tours...
Ce type, il ne le sentait vraiment pas. Plus il l'observait et plus il avait l'impression que ses expressions étaient fausses, comme si il surjouait un rôle. Peut être aurait-il mieux fait de laisser tomber l'argent et ses quelques vêtements du jour afin de filer en vitesse ? Mais quelque part, il devait bien reconnaitre que cet étrange personnage attisait sa curiosité. Peut être arriverait-il à comprendre un peu mieux dans quelle histoire il s'était fourré en acceptant de discuter un minimum.

Dés le début de l'interrogatoire, il était clair que l'écrivain menait la danse. Lorsqu'il posait ses questions, son air joyeux et naturel semblait bien loin. Et il faut avouer qu'il posait des questions assez pointues pour un simple petit écrivain... Comme si il cherchait à entendre des réponses précises ou à pousser son interlocuteur à la faute. Jun fronça légèrement les sourcils. Il ne tomberait pas si facilement dans le panneau.

" Vous avez raison, les Hunters sont humains et donc faillibles... C'est pour cela que j'ai parlé de Hunter dignes de ce noms... Il faut de l'expérience et de l'entrainement pour bien décrypter les comportement d'un Néo... Ce n'est pas donné à tout le monde. "

Ça faisait du bien de se jeter des fleurs de temps en temps ! Personne ne le faisait pour vous alors il fallait bien se servir.
Quoi qu'il en soit, si il était simple écrivain comme il le prétendait, il n'avait pas besoin d'en savoir plus. Après tout, les livres laissent une grande place à la fiction et l'imagination. Trop d'informations n'auraient fait que détériorer son travail, n'est ce pas ?

Lorsque l'homme annonça être effectivement sur l'écriture d'un roman d'amour, Jun ne pu retenir un frisson. Déjà de base, les romans à l'eau de rose n'étaient pas sa tasse de thé... Mais un roman d'amour entre un chasseur et un Néo c'était réellement répugnant. Il fallait vraiment avoir un grain pour penser à un tel scénario. Jun le savait, il aurait du tout laisser tomber et partir d'ici... Cela lui aurait au moins épargné d'entendre de telles absurdités.

" Ces machines sont la pire création de l'homme... Et ce ne sont que des bouts de ferrailles... Qu'un humain tombe amoureux d'un Néo est répugnant et contre nature. Vous devriez abandonner cette idée, ça ne plaira à personne... "

Jun n'avait vraiment pas envie de s'aventurer dans ce genre de discussion. Il en avait déjà la nausée.

" Vous devez vraiment être dérangé pour avoir ce genre d'idée... "

C'était sortit tout seul, Jun ayant perdu son sang froid durant quelques secondes. A présent, il n'espérait plus qu'une chose: que sa machine se termine et qu'il puisse enfin partir d'ici.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Entre Laverie et Tromperie on trouve le Linge Sale !   

Revenir en haut Aller en bas
 
Entre Laverie et Tromperie on trouve le Linge Sale !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Neo'Doll World :: JAPAN ;; TOKYO :: Rues & Ruelles-
Sauter vers: