The man, the oven and the fool [Pv Masai']



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 The man, the oven and the fool [Pv Masai']

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Messages in this world : 97

&&
Blabla
:
Disponibilité: Libre pour un nouveau topic ! ♥

MessageSujet: The man, the oven and the fool [Pv Masai']   Lun 13 Fév - 20:02



The man, the oven and the fool



Servir son maître avec une loyauté sans limite était la fonction première de Dai, peu importait qu’il soit humble, gentil, compréhensif, ou le pire des salauds que la Terre ait engendré, ses désirs étaient des ordres. Il aurait décroché la lune pour eux s’il le fallait. Avec son nouveau maître, Jun, le Neo pavait connu des hauts et des bas, enfin, surtout des bas quand on y regarde. Mais ça ne lui posait pas de problèmes, il était quand même là, disponible de jour comme de nuit et prêt à aider. En ce moment, ce qui dérangeait le plus son maître, c’était que le mini-four de la cuisine avait malencontreusement rendu l’âme, et qu’il lui faudrait donc dépenser de l’argent pour le remplacer.

Le moins qu’on puisse dire, c’est que le chasseur était assez proche de ses sous, et dépenser 20 000 yens dans un appareil électroménager le faisait râler au plus haut point. Il n’en fallait pas plus pour que Dai se mette à chercher activement une solution au problème. Il avait bien pensé à la réparation, mais son maître avait refusé de lui donner de l’argent pour ça. Malgré ça, un jour où Jun était sorti sans lui, l’androïde décida de passer à l’action, il sortit du placard où il devait normalement rester enfermé, et récupéra le four qu’on avait laissé dans un coin. Il lui arrivait parfois de ne plus suivre un ordre direct s’il était certain que cela pour améliorer le bien-être et la santé de son maître, et il était sûr que voir son appareil réparé procurerait de la satisfaction à Jun. C’était le plus important, non ?

Les bras chargés, il quitta l’appartement et referma la porte, mais sans la verrouiller parce qu’il n’avait pas la clé. Le but était de toute façon de revenir assez vite, même si la notion de vitesse était très relative pour lui. Dai ne connaissait pas bien son nouveau quartier, mais il savait exactement où il allait grâce aux coordonnées GPS de la boutique qu’il avait repérée. Ce n’était pas particulièrement loin, mais comme il flânait en observant les maisons et les voitures, s’arrêtait pour observer avec curiosité les chiens et les oiseaux, et saluait les passants, cela lui prit quand même un petit moment.

« Ooooooh ! »

Fut sa première réaction quand il passa la porte de la boutique, et regorgeait d’objets en tout genre qui attendaient d’être, ou l’était déjà. Quel métier passionnant ce devait être de remettre en route tous ces beaux engins. Ça lui aurait sûrement beaucoup plu, en tout cas. Oubliant un peu de se présenter au guichet, Dai fit le tour complet du magasin, observant pendant de longues secondes l’arrière d’une machine à laver, puis un frigo, une télévision encore éventrée et ainsi de suite. Tout ça était fascinant, tellement qu’il mit du temps à remarquer le pauvre vendeur. Leur regard finirent cependant par se croiser, et après avoir affiché un air surprit une seconde, Dai lui fit un grand sourire naïf.

« Bonjour, Monsieur ! »

Il vint enfin à sa rencontre, et posa le four sur un espace libre de son comptoir.

« Le four de mon maître est hors d’usage, j’aurais aimé savoir si vous pouviez le réparer. Par contre… »

Le Neo se passa une main derrière l’oreille d’un air vaguement embêté, il ne savait pas vraiment comment formuler sa requête pour qu’elle ait une chance de passer.

« … je n’ai pas d’argent. Mais je pourrais vous rendre un service en échange, je sais faire plein de choses ! »

Il lui fit ensuite un nouveau sourire, les choses passaient toujours mieux avec un sourire. Bon, Dai savait que, statistiquement, on ne vivait pas dans un monde de bisounours, et qu’il y avait peu de chance pour que sa stratégie fonctionne, mais après tout, qui ne tente rien n’a rien. Peut-être arrivera-t-il un jour à convaincre Jun qu’ouvrir son porte-monnaie n’est pas une épreuve si terrible, au final.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages in this world : 18

&&
Blabla
:
Disponibilité: Libre pour un nouveau topic ! ♥

MessageSujet: Re: The man, the oven and the fool [Pv Masai']   Mar 14 Fév - 14:15

The man, the oven and the fool

ft.

Un pas, deux pas, un hurlement. Masai' sautillait en se tenant le pied, se prenant pour finir la jambe dans l'emballage d'une pizza dont la dernière part eu le temps de pourrir dans le carton. Il s'effondra, bêta, la gueule dans une pile de linges sales. Après quelques secondes, là, étalé comme un gros sac dans le bordel qui s'entassait dans son salon, le jeune homme releva la tête, roulant sur le côté avant de fixer le plafond. Bordel, et c'était le cas de le dire, il faudrait vraiment qu'il pense à faire le ménage dans sa piaule. Ce n'était plus vivable depuis des mois, peut-être même une année entière, mais chiééé, qu'il avait la flemme de ranger ! Et puis, il avait toujours une bonne excuse pour ne pas le faire et aujourd'hui, c'était qu'il devait ouvrir la boutique s'il voulait gagner quelques pécules. Pas que les clients se bousculaient au portillon, mais justement, quand enfin il y en avait un, il fallait qu'il soit là pour accueillir à bras ouverts ce porte-monnaie sur pattes !

Il grommela donc, s'asseyant sur son cul en tailleur, avant que son regard ne se pose sur un objet qui agonisait sur le sol. Son sang ne fit qu'un tour en découvrant qu'Honoka, sa superbe figurine sexy d'un personnage d'anime célèbre, à l'heure actuelle, gisait sur le tapis, entre trois canettes vides et deux magasines hot. Le blond hurla son désespoir en se jetant à côté de celle qui fut la victime de son pied. Non-non-non, n'importe qui, mais pas Honoka !! Depuis quand était-elle là ?! Pourquoi n'était-elle pas sur sa précieuse étagère, avec les autres figurines ?! Qui était le démon qui l'avait laissé là ?! ... Lui. Merde, c'est vrai qu'il avait joué avec il y a une semaine, la mettant en scène sur le balcon pour prendre des photos qu'il posta ensuite sur son blog... Et il ne l'avait pas rangée parce que... Un visiteur lui annonça sur ce même blog, qu'une nouvelle version d'Honoka en maillot de bain bleu était disponible. Nouvelle figurine qu'il s'était empressé de chercher frénétiquement sur la toile avant de l'acheter au prix fort. Et... Il avait oublié sa princesse qui aujourd'hui agonisait, le bras brisé, là. Mais quel monstre il était ! Il fallait vraiment qu'il range son appartement ! Mais... Pas aujourd'hui.

il attrapa la figurine avant de rejoindre, non sans difficultés, la boutique qui se trouvait juste en dessous de son lieu de vie. Il fallait qu'il ouvre de toute façon, alors il s'installa, en se maudissant lui même, au comptoir, après voir retourné le panneau pour un open qui annonçait que le commerce était prêt à accueillir ses clients. Armé d'un tube de cyanoacrylate, super glue oui, il commença son opération délicate sur le pauvre Honoka, lorsque soudain la clochette au dessus de la porte annonça l'arrivée d'une personne. Il releva son regard miel, celui-ci se posant sur la silhouette d'un inconnu. Un Neo ? Le bonhomme s'engouffra rapidement dans les rayons, laissant le réparateur curieux qui venait de se relever un peu pour apercevoir le personnage. Un Neko ? Un Neko ! En bon Otaku, Masai' était littéralement gaga de ces Neo's en particulier, la faute aux nombreux mangas qui traitaient le sujet des mi-chats.

C'est donc enthousiaste qu'il accueillit d'un sourire, et un petit bonjour, le Doll qui finalement se rapprocha du comptoir pour le saluer et lui présenter un four. Défectueux ? A coup sûr, sinon pourquoi venir lui rendre visite ? C'était effectivement ça. A l'exclamation du Neko, Masai' reposa le bras d'Honoka et son tube de colle pour se pencher sur l'engin. Il connaissait bien le modèle, beaucoup de clients le lui présentaient et à chaque fois c'était à cause du même défaut de fabrication. Mais à peine eut-il touché la bestiole, que l'humain releva les mains, genre héééé j'y touche pas. Attendez, il venait dire qu'il n'avait pas d'argents, hein ! Le réparateur ne travaillait pas gratos quand même !

« Hep-hep, t'es mignon, Neko-kun, mais c'est pas des sourires qui vont payer mon loyer ! Puis, j'le connais ton four, j'suis sûr d'où vient la panne, j'vais devoir t'changer des éléments et ça aussi, ça a un prix. » Il posa ses mains sur la table devant lui, écrasant Honoka avant de les relever à toute vitesse. Pauvre figurine, elle en subissait aujourd'hui. Erf, il repensa au bordel en haut et ça fit tilt. Le Neo avait bien dit qu'il acceptait de lui rendre un service en échange ? Il reposa son attention sur le Doll devant lui, le jugeant brièvement avant de lui proposer un deal : « Hmmm. A la rigueur... T'sais faire le ménage ? J'ai beaucoup de bordel en haut, je pourrais te faire la réparation gratuite si tu peux remettre un peu de l'ordre dans mon appartement, ça te convient ? »

Cette option lui convenait mieux que celle de lui-même faire le ménage, parce qu'il était certain qu'il n'arriverait pas à se motiver, même s'il avait bien conscience que la situation n'était plus du tout supportable. Alors si vraiment, il voulait bien faire un compromis pour ce four, qui au final ne lui demandera pas grande réflexion, juste pas mal de manipulations et quelques pièces qu'il trouvait pour la plupart à la casse. Il en avait en stock en plus, donc... Si le Neo était d'accord, il n'était pas vraiment perdant dans cette histoire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages in this world : 97

&&
Blabla
:
Disponibilité: Libre pour un nouveau topic ! ♥

MessageSujet: Re: The man, the oven and the fool [Pv Masai']   Mar 14 Fév - 16:32



The man, the oven and the fool



Neko-kun, ah tiens, un connaisseur, le dernier maître qui l’avait appelé comme ça s’amusait souvent à le déguiser en magical girl et collectionnait les figurines de filles en bikini. Dai se demanda s’il était tombé à nouveau sur ce genre d’être humain un peu à part. La figurine cassée qu’il faillit écraser encore un peu plus semblait indiquer que oui, mais il manquait d’éléments pour en être tout à fait sûr, il ne fallait pas catégoriser les gens trop vite. Ce qu’il savait, en revanche, c’est que même ses oreilles de chat ne suffiraient pas forcément à sauver la situation, et dans un premier temps le vendeur refusa tout net de réparer le four.

Dai n’allait pas insister, ce n’était pas son genre, au pire il pourrait essayer ailleurs, même si les réparateurs comme lui n’étaient pas si nombreux de nos jours, et qu’il aurait à parcourir pas mal de kilomètres pour aller voir le suivant. Il s’apprêtait à reprendre son appareil quand le vendeur, qui avait réfléchit entre temps, lui proposa une autre possibilité. Faire le ménage, on lui demandait s’il pouvait faire le ménage. Ah ah, c’était presque trop facile. Le rangement et le nettoyage faisait partie de ses fonctions les plus basiques, il s’en était servi presque tout le temps au cours de sa vie. S’il y avait une raison principale qui poussait les gens à acheter un Neo, c’était bien pour se débarrasser de ce genre de tâches ingrates. Lui les faisait avec plaisir, à chaque fois que c’était nécessaire.

Et puis, c’était un échange de services ma foi étrangement honnête, Dai ce serait attendu à une tâche beaucoup plus complexe ou étrange. Pour un humain, le blondinet ne semblait pas du genre profiteur, il proposait quelque chose de plutôt équitable. Enfin, pour l’instant, il n’avait aucune idée de l’ampleur du bordel en question, mais quand même. Son sourire s’agrandit donc tandis qu’il répondait.

« Bien sûr que je peux faire le ménage, Monsieur ! Je m’occuperais de votre appartement sans problèmes, où se trouve-t-il ? »

Le vendeur avait dit en haut, c’était d’autant mieux, il n’aurait même pas à faire des kilomètres pour y aller. Motivé, Dai chercha des yeux un escalier ou une porte, et quand il la repéra, passa de lui-même derrière le comptoir pour y aller. Après tout, inutile de perdre du temps, maintenant que l’accord était passé. Il avait un maître à rejoindre. Un maître qui ne serait sans doute pas ravi de savoir ce qu’il trafiquait dans son dos, alors autant rentrer le plus vite possible. Cela dit, l’idée de faire les choses rapidement s’évapora toute seule dès que le Neo entra dans ledit appartement et constata l’ampleur des dégâts. Il ne savait pas à combien ils s’y étaient mis pour mettre un foutoir pareil, mais il doutait qu’un seul homme ait pu faire tout ça à lui tout seul. Peut-être avait-il organisé une fête ou quelque chose et que ça avait mal tourné ? Dai retourna auprès du vendeur, toujours souriant malgré la montagne de travail qui l’attendait.

« Je vais avoir besoin de sacs-poubelle, d’un bac pour le linge sale, et de vos produits ménager. »

Il repensa à la vieille pizza sur laquelle il avait failli marcher, et qui semblait traîner là depuis des mois. Est-ce qu’un type qui vivait dans un tel environnement connaissait ne serait-ce qu’un peu la notion de ménage ?

« Vous avez des produits ménager, au moins ? Sinon je peux vous en faire une liste. »

Oui, sans doute fallait-il partir de la base avec quelqu’un comme lui. Dai n’avait d’ailleurs pas trop d’idées sur la manière dont il allait s’y prendre pour remettre en ordre un endroit comme celui-là. C’était un vrai challenge comme il n’en avait pas eu depuis des années, mais c’est ce qui rendait les choses intéressantes. Il allait devoir faire preuve de talent s’il ne voulait pas être encore là demain matin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages in this world : 18

&&
Blabla
:
Disponibilité: Libre pour un nouveau topic ! ♥

MessageSujet: Re: The man, the oven and the fool [Pv Masai']   Mer 15 Fév - 10:14

The man, the oven and the fool

ft.

Le deal était conclu, merci kami-sama, il n'aura pas à faire lui-même le ménage ! Qu'ils étaient bien ces petits Neo's dans ces cas-là, pas qu'il soit du genre profiteur, à vouloir se servir abusivement de ces ordinateurs qu'il considérait comme égal à n'importe quel autre humain, mais... Ouais en fait, si ça avait été un Homme, avec un grand H, dans la même situation, il aurait proposé le même marché. La seule chose de différente, c'est que souvent dans les programmes premiers des Neo's, les créateurs installaient de quoi les rendre capable de réaliser ces tâches, contrairement aux êtres comme Masai' qui, eux, étaient loin d'avoir ça dans le sang. Même très loin pour le réparateur ! Et le Doll allait vite s'en rendre compte, car à la question posée, le jeune homme leva son index vers le plafond, signe que l'appartement était juste au dessus. Il n'eu même pas besoin de préciser comment y aller que déjà le Neko s'était engouffré dans les escaliers derrière lui. L'ami des Dolls, -oui, c'est comme l'ami des bêtes *keufkeuf*- continua de regarder dans cette direction quelques secondes. ... Nyeuhh qu'il était mignon avec sa petite queue poilue et ses oreilles de félidés. Le blond secoua vaguement la tête pour arrêter de gagatiser en pensant au personnage, puis se tourna vers le four. Bon, un marché était un marché, au boulot mon p'tit père !

Masai' poussa Honoka, son bras et le tube de colle un peu plus loin, avant de se lever pour aller chercher sa trousse de mini tournevis. Il se lança ensuite dans l'éventration délicate de l'animal, là, sur le comptoir. De toute façon, celui-ci avait plus des airs d'établie qu'autre chose, avec la masse de matériel qui était caché dans les tiroirs. Dès qu'il aura un bon accès aux éléments, en sortant certains d'entre eux, il pourra sans problème débrancher la diode coupable du dysfonctionnement. Il lui faudra juste retourner à son stock derrière pour en prendre une fonctionnelle et la remplacer. Pas trop compliqué quand on connait les manipulations à faire et la source du problème sur ces modèles.

Sauf que voilà, il n'eut pas le temps de finir de démonter la machine que le Neo repointa le bout de ses oreilles pour lui demander... Euh, sacs-poubelle, corbeille à linges et produits ménager ? Il jeta un œil sur le côté, le regard hagard. Diantre, c'était où ça ? Est-ce que seulement il en avait quelque part dans le bâtiment ?...

« ... T'veux pas une clef de douze plutôt ? J'sais où sont les clefs de douze. »

Réplique totalement con, mais franchement, là, il savait pas quoi répondre au Neo. Son père devait bien avoir de ces trucs, mais ça faisait plus d'un an qu'il était mort et impossible pour l'humain de se souvenir où est-ce qu'il pouvait bien ranger ça. Merde, ça semblait plus complexe que ça en avait l'air finalement, l'autre lui proposant de lui faire une liste maintenant, ce qui supposait que pour entreprendre les ouvrages, il lui faudra obligatoirement tout ce qu'il demandait. Autant dire que ça allait lui faire un trou dans le porte-feuille et qu'au final, il n'était pas aussi gagnant qu'il l'espérait dans cette histoire.

« J'suppose que la liste, c'pour faire des courses ?... Genre, faire des achats et... payer ces achats. Avec de l'argent ? Non-non, réponds pas. Y'a un magasin dans le coin, j'vais venir avec toi, j'dois de toute façon acheter de la bière et d'autres trucs, puis j'me chargerais ensuite de ton appareil, c'est pas une manipulation très longue de toute façon. »

Masai' rangea consciencieusement ses outils, parce que oui, quand il s'agissait de tournevis, de clefs ou autres, il était étrangement maniaque. Cherchez pas la logique, il n'y en a aucune. Lorsque cela fut fait, il se leva et attrapa sa doudoune, près à sortir. Il attendit que le Neo le suive pour fermer la boutique derrière eux et se diriger vers le magasin qui se trouvait à quelques patés de maison. Juste avant d'entrer dans le la petite supérette, les mains dans les poches, il se tourna vers le Doll qui l'accompagnait.

« Je te laisse prendre un panier et te charger de prendre se dont tu as besoin ? Je te suis, mais j'suis naze pour ce genre de trucs. Ah, au fait, j'm'appelle Masaichirô, mais tu peux m’appeler Masai', ça va aussi. Et toi, c'est quoi ton petit nom ? »


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages in this world : 97

&&
Blabla
:
Disponibilité: Libre pour un nouveau topic ! ♥

MessageSujet: Re: The man, the oven and the fool [Pv Masai']   Mer 15 Fév - 12:54



The man, the oven and the fool



Même pour une IA très avancée, les êtres humains restaient difficiles à appréhender complètement. Il y avait trop de facteurs à prendre en compte, trop de différences subtiles entre les uns et les autres. Chaque individu avait presque un langage à part, fait de gestes, de mimiques et d’expressions qui lui venait de son propre vécu. Dai avait un peu l’impression qu’il fallait tout réapprendre à chaque fois qu’il croisait quelqu’un de nouveau, ce qui était aussi passionnant que compliqué. Aussi, quand le vendeur se mit à lui parler de clé de douze alors que ce qu’il demandait n’avait rien à voir, il plissa les yeux en tentant de comprendre le sens caché d’une telle réponse. Ça pouvait être de l’humour, mais il ne voyait pas en quoi c’était drôle, ou alors il avait juste mal exprimé sa requête et l’autre n’avait pas compris ? Pourtant il lui avait semblé être parfaitement clair, dans le doute, il répondit le plus sérieusement du monde.

« Merci, mais je n’ai pas besoin de clé de douze pour le moment. »

Dai attendit sagement pendant que l’humain semblait réfléchir à voix haute. Faire les courses, oui, s’il n’avait rien de ce qu’il demandait, c’était la chose à faire. Avec de l’argent, oui, le Neo allait indiquer que c’était préférable, quand on lui fit comprendre que ce n’était pas la peine de répondre. Du coup le blondinet se prépara à partir pour le magasin le plus proche, il n’avait donc rien de ce qu’il demandait ? C’était fou, on aurait dit qu’il avait attendu que l’androïde arrive pour penser au ménage. Mais au moins, il allait bien tenir parole et s’occuper de son four. D’ailleurs, en jetant un coup d’œil à l’appareil, Dai vit qu’il avait commencé à le démonter. Super ! Il fut vraiment ravi de voir que ça manœuvre fonctionnait parfaitement.

« Je vous suis, Monsieur ! »

Comme d’habitude, dès qu’il était dehors, Dai observait tout ce qui l’entourait avec curiosité. Il ne sortait pas assez pour que l’agitation de la ville ne soit pas un spectacle fascinant à ses yeux. Que ce soit les gens, les voitures, les boutiques, tout était trop intéressant pour qu’il ne s’y attarde pas. Heureusement que là encore, le chemin n’était pas trop long, et ils arrivèrent finalement au magasin. Là, monsieur l’incompétent du ménage lui laissa prendre les choses en main, et lui donna son nom. Non, son prénom en fait. À nouveau, le Neo eut l’étrange impression d’être traité comme un égal, c’était vraiment rare qu’on l’autorise à s’adresser à un humain autrement qu’avec des Monsieur et des Maître, alors pouvoir appeler cet humain Masai’ paraissait presque surnaturel.

« Je m’appelle Dai, ravi de faire votre connaissance, Masaichirô. »

Oui, bon, il n’était pas sûr de pouvoir l’appeler par son petit surnom tout de suite, même s’il on l’y avait autorisé. Ils venaient à peine de se rencontrer, après tout. Un jour, peut-être. En attendant, Dai se prit un panier et parcourut rapidement les rayons jusqu’à trouver celui sur l’entretien de la maison. Là, il commença par prendre les sacs-poubelle, qui allaient être vitaux dans cette affaire, des éponges et un peu de petit matériel du même genre. Puis il passa au rayon des produits pour récupérer ce qui lui serait nécessaire. Il prit quand même soin de ne pas choisir dix mille trucs différents ou des produits trop chers. Comme son maître, Masai semblait réticent à l’idée d’ouvrir son porte-monnaie, et il le prenait bien en compte. Le seul détail notable était qu’il ne prenait presque que des produits qui sentait le citron, une odeur qui lui plaisait bien pour une raison quelconque. Finalement, c’est avec un panier ma foi bien remplie que Dai se tourna vers son comparse, il en avait terminé avec la partie ménage de leurs achats.

« Voilà, j’ai tout ce qu’il me faut. J’espère que ce n’est pas trop. Vous aviez dit que vous vouliez des bières ? L’alcool est au fond du magasin. »

Il le suivit jusqu’au rayon des bières, où s’alignait des packs de toutes sortes, tantôt très sobres, tantôt très colorés, et qui semblaient venir de tous les pays du monde. Puisqu’il se sentait plutôt à l’aise avec l’humain qu’il avait à ses côtés pour le moment, il se laissa aller à sa réflexion.

« Ce doit être bon, ce qu’il y a dans ces canettes, pour que les humains en boivent autant. »

Pour avoir bossé dans un bar pendant sept ans, Dai avait pu le constater, et puis la taille du rayon en témoignait. Seule l’eau était vitale pour un être humain, mais les gens aimaient quand même l’alcool, que ça les rendent étrangement heureux, étrangement méchants, ou juste malade. Il aurait bien aimé essayer, par pure curiosité scientifique, mais bien sûr c’était impossible. À la place il se contentait donc d’observer les emballages de toutes les couleurs et de toutes les formes. Il se proposa finalement pour porter le pack qu’avait choisi Masai, c’est que c’était plutôt lourd aussi ces machins-là.

« Aviez-vous besoin d’autre chose ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages in this world : 18

&&
Blabla
:
Disponibilité: Libre pour un nouveau topic ! ♥

MessageSujet: Re: The man, the oven and the fool [Pv Masai']   Jeu 16 Fév - 17:32

The man, the oven and the fool

ft.

« Moi de même, Dai. »

Dai, c'était mignon comme p'tit nom. Mais il était certain que Masai' aurait beaucoup de mal à l’appeler autrement que Neko-kun, la faute a tous ces mangas qu'il avait lu durant ces dernières années. Avec ces personnages aux oreilles félines, avec leur petite bouille tellement kawaii. C'était d'ailleurs étrange, ou pas tellement en fait, dans ces animes, ils n'étaient que le résultat d'une modification génétique, des humains mi-hommes mi-animales et parfois, ils étaient égaux aux Humains, et bien trop souvent, ils restaient au stade de serviteurs dévoués comme... Les Neo's. Et pourtant les lecteurs étaient foutus de gagatiser dessus en leur accordant des sentiments égaux à ceux des autres protagonistes, puisque, encore une fois, beaucoup de ces œuvres étaient des shojos, des shônen-ai, voire des yaois. Bien que dans le dernier cas, quelques mangaka mettaient joyeusement l'accent sur le fait qu'ils étaient asservis à leurs maîtres. C'était presque aberrant, pour le coup, de voir que dans la science fiction, on voyait les Nekos comme des êtres sensibles qui éprouvaient joie et peine, mais que dans leur univers, les Hommes n'étaient pas foutus d'accorder la moindre considération à ces êtres. A cause de quoi ? Parce qu'ils étaient fabriqués avec des boulots, des vis, des circuits imprimés ? Alors qu'à l'heure actuelle, tous étaient témoins que cette différence ne faisait plus d'eux des machines et qu'un virus pouvait les doter de la même sensibilité que ces hybrides dans les mangas ? Masai' avait du mal à saisir, bien qu'il comprenait l'idée du un ordinateur reste un ordinateur, celle-ci était erronée à présent.

Les mains dans les poches, il ne pouvait s'empêcher de penser à tout cela en observant sa nouvelle connaissance déambuler dans les rayons pour attraper ce dont il aurait besoin pour accomplir sa besogne, remplir le marché qu'ils avaient les deux passés. Bordel, il avait vraiment besoin d'autant de trucs ?! Le panier était presque pleins ! Le blond s'accroupit d'ailleurs un instant devant la corbeille, alors que son voisin fouillait un étale en faisant visiblement attention aux étiquettes et aux prix. D'une main maladroite, il attrapa le premier flacon venu et observa à son tour la notice. Décrassant sol, la puissance des experts, senteur citron. Il jeta un œil à l'intérieur de la corbeille. Nettoyant, dépoussiérant, parfum citron. Sérieux, son appart' allait finir en pays du citron ! Quoique, c'était peut-être mieux que le royaume de la chaussette sale... Le réparateur leva la tête, avant de se relever, lorsque Neko-kun lui annonça avoir terminé avec ce dont il avait besoin.

« Je t'avoue que je pensais pas qu'il t'en faudrait autant, mais j'te fais confiance, t'es plus expert que moi en la matière. » Difficile de l'être moins que le blond aussi. « Par contre, t'as un truc avec le citron ? Ça me gène pas, hein, mais t'as l'air de vachement aimer cette senteur. »

Un Neo sain qui aime un parfum en particulier, c'était bizarre comme précision. Peut-être que c'était juste parce que c'était une senteur qui fonctionnait bien dans un appart', ou qu'il y avait des notes positives sur le net sur ces produits en particulier... Mais Masai' préférait dire que le Neo avait une préférence pour, parce que c'était peut-être une habitude, et ça semblait déjà plus personnel comme raison, plus humaine.

Bon, le rayon bières ! Le réparateur n'avait pas besoin de tergiverser longtemps devant, il prenait toujours la même marque de toute façon. Cependant, à la remarque de Dai, il eu pour étrange réflexe de détailler le stand qui s'offrait à eux. C'est vrai que c'était bon, même si à force, il n'y faisait plus tellement attention. C'était juste une boisson qu'il appréciait, comme ça, par habitude, parce que depuis l'adolescence, il s'en enfilait dans le gosier. Les japonais étaient bien connus pour être de grands consommateurs de bières, il suffisait de voir l'étendu du rayon et la diversité des marques pour s'en rendre compte. Il y avait même plusieurs types de bières sans alcool, puisque même les femmes et les enfants avaient le droit à un petit plaisir au malt. Masai', lui, prenait toujours de la Kirin Ichiban, l'un des plus grands distributeurs sur le territoire, avec la Sapporo et l'Ebisu. Il ne faisait pas vraiment gaffe aux autres donc... Mais à voir le regard curieux du Neo à ses côtés, qui détaillait les différents packaging, il se dit que ça devait être particulier pour un Doll de voir que les humains portaient tant d'attention à leur alimentation, eux ne pouvant pas comprendre qu'un simple besoin naturel ait pu devenir finalement un des facteurs des clefs de grandes industries, la notion de bon ou pas bon, et ces petits plaisirs de la vie, comme les appelaient les Hommes, leur échappant complètement de part leur nature... Ouais, c'était bien triste pour eux.

« Bon, ouai, c'est sacrément bon. Y'a pas mal de saveurs différentes aussi. Quand elles sont fraîches et qu'il fait chaud, ça te rafraîchi d'un coup et c'est super agréable. Mais je pense que beaucoup en boive parce que l'alcool procure des sensations différentes de l'eau, c'est grisant, c'est comme si tous tes circuits électriques crépitaient et que ça te procurait du plaisir. Après, à plus forte dose, ça te saoul et là, t'as plus du tout les mêmes notions de distance, t'as un peu l'impression de flotter, tu sors des trucs que t'aurais peut-être pas eu le courage ou la stupidité de dire en étant sobre. Ça inhibe les limites que tu te fixes habituellement et peut te provoquer des absences, des amnésies, des putains de migraine, voire te rendre complètement malade. Mais les mecs arrivent à en redemander, pour les sensations que ça procure et aussi parce que parfois les humains en deviennent dépendants. Comme on dit, il faut boire avec modération, ahah ! » Ce qu'il ne faisait pas, évidemment. Est-ce qu'il avait besoin d'autres choses ? « Nop' ! J'crois que mon porte-monnaie va assez souffrir avec ça, d'jà ! Et j'te laisse porter les bières, mais j'prends ton tas de trucs, là, t'es un Neo, pas un bourricot. »

Masai' en avait rien à faire que les dolls aient plus de force qu'un humain lambda, il n'aimait pas le principe de l'esclave qui porte tout en suivant le maître roi. Ainsi les deux se rendirent à la caisse où après avoir passé les articles, le réparateur du payer la douloureuse. Et putain qu'elle était douloureuse ! Ça coûtait vachement chère tous ces bidules, là ! En plus d'être vachement lourd, parce que ouais, sur le chemin, il penchait d'un côté le bonhomme. Mais qu'à cela ne tienne, il était loin d'avoir des muscles en carton, heureusement pour lui. Et de toute façon, ils n'étaient pas très loin de la boutique et le réparateur s'empressa de rouvrir pour poser le sac sur le comptoir, aidant le Neo en lui prenant finalement le pack de bières des mains.

« T'as tout ce qu'il te faut j'crois, non ? »


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages in this world : 97

&&
Blabla
:
Disponibilité: Libre pour un nouveau topic ! ♥

MessageSujet: Re: The man, the oven and the fool [Pv Masai']   Jeu 16 Fév - 21:21



The man, the oven and the fool



Quand Masai lui fit remarquer qu’il semblait particulièrement aimer le citron, Dai baissa les yeux vers son panier et ne put que constater l’évidence. Tout ce qu’il avait pris ou presque affichait une magnifique couleur jaune et des petits symboles de citrons de partout. C’était assez flagrant. Il allait demander si cela posait un problème, mais Masai avait déjà répondu à la question.

« Je suppose qu’on peut dire ça. Ça me rappelle un endroit où je travaillais il y a très longtemps. »

Bizarrement, il ne souvenait pas exactement de l’endroit en question, c’était il y a des années et beaucoup de nouvelles données étaient venues prendre la place des anciennes. Il aurait pu retrouver cette information, mais cela lui prendrait du temps et de l’énergie, pour ne pas lui apporter de réels bénéfices au final. Ce n’était pas comme s’il pouvait réellement éprouver de la nostalgie, il lui restait juste quelques vieilles habitudes, des tendances qu’il suivait et qui n’étaient pas exactement écrite. Cette odeur-là éveillait quelque chose en lui de positif, sans qu’il ne sache vraiment quoi, et c’était pour ça qu’il la recherchait.

Au rayon des bières, ce fut à Dai d’être surpris par son acolyte, qui lui fit une longue explication détaillée sur l’alcool et ses effets, en essayant de lui faire comprendre les choses. Il fut particulièrement étonné lorsqu’il lui parla de ses circuits, et pencha la tête sur le côté en tentant d’imaginer la chose. Bien sûr, c’était à peu près impossible, même avec les meilleures intentions du monde, mais il ne pouvait que saluer l’effort que cet humain faisait pour se mettre à son niveau. C’était tout à fait inédit pour lui, son visage se fendit d’un sourire.

« Je crois que je comprends, un peu. »

Il avait surtout compris que l’alcool était un genre d’hallucinogène pas trop violent. Enfin, c’était comme ça qu’il l’interprétait, et il voyait beaucoup mieux pourquoi les gens en buvaient. Si une telle substance existait pour les Neo, il y serait sûrement accro lui aussi. Après ce moment d’humanité tout à fait intéressant et surprenant, Dai voulu se charger de tous leurs achats, mais là encore, il fallut que Masai le surprenne en prenant son panier.

« Pas un bourricot ? Mais… »

Cette fois-ci il ne put retenir un air presque choqué. Est-ce qu’il était sérieux ? Il ne savait plus vraiment, tout était trop différent de ce à quoi il était habitué pour qu’il comprenne réellement ce qui se passe. C’était presque comme si Masai ne savait pas vraiment ce qu’était un Neo.

« Mais j’ai été conçu pour accomplir ce genre de tâches, Masaichirô. Ce n’est pas comme si cela pouvait me poser un problème. »

Ça lui faisait plaisir, à lui, de porter les sacs, de faire le ménage, la cuisine, de danser, de faire tout ce que les humains n’avaient plus envie de faire maintenant qu’ils avaient trouvé quelque chose d’autre pour le faire à leur place. Enfin, la notion de plaisir était peut-être un peu forte, disons plutôt que ça ne le dérangeait pas. Dans tous les cas il ne comprenait pas du tout la démarche de Masai, qui ployait un peu sous le poids du sac qu’il portait, alors qu’il aurait parfaitement pu s’en charger.

« Vous n’êtes pas un humain ordinaire. »

Il observa le blondinet de haut en bas, presque comme s’il s’attendait à voir une différence physique. Un genre de plot twist, comme si ça pouvait être un Neo déguisé, en vrai, quelque chose comme ça. D’un autre côté, il trouvait aussi que son maître était particulier, mais ce n’était pas pareil, c’était même complètement l’opposé. Il avait suffi qu’il traverse quelques rues pour se retrouver dans un monde différent, où on le traitait comme une personne, au lieu de lui rappeler à chaque occasion qu’il était une machine qu’on pouvait démonter et revendre. Il n’aurait pas su dire lequel était meilleur que l’autre, les deux étaient déroutants à leur manière, intéressants aussi.

De retour à la boutique, Masai lui demanda s’il avait tout ce qu’il lui fallait, et le Neo hocha vivement la tête. C’était bon pour lui, il n’y avait plus qu’à se retrousser les manches et y aller. Il retourna donc à l’étage avec les produits, et commença par sortir les sacs poubelles, qu’il remplit bien vite de toutes les cochonneries qui traînaient partout. Il mit tous les vêtements sales dans la machine à laver, qu’il avait trouvé en passant. En profita pour changer les draps, ce qui n’avait pas dû être fais depuis Mathusalem. Puis il nettoya les vitres, dépoussiéra les meubles, en omettant pas la moindre petite figurine, s’attaqua à la salle de bain, rangea la buanderie. Il découvrit un aspirateur et le passa partout, chassant un grand nombre d’araignées et de moutons de poussière sans la moindre pitié.

Une odeur de citron se répandit dans l’air quand il se mit à laver le sol avec son produit. Incapable de tout à fait le contrôler, Dai se mit à humer l’air sans vraiment de raisons. Les heures s’enchaînaient, les vêtements passèrent par le sèche-linge, avant d’être repassés et rang… en fait tous les vêtements du placard furent repassés et rangés parce que c’était le bordel là aussi. Il affronta ensuite la montagne de vaisselle et désinfecta toute la cuisine, avant de la débarrasser de tous les produits périmés qui traînaient. En gros, la journée de travail de Masai devait avoir bien avancée quand il ajouta la touche finale de son grand chambardement, en nettoyant le clavier de l’ordinateur ou en classant tout dans les étagères. Voilà, à priori il n’avait rien oublié, ce n’était pas son genre, mais dans le doute, il fit une tournée d’inspection, impitoyable avec la moindre tâche ou trace de doigt qui traînait. Enfin, il redescendit.

« J’ai presque terminé, j’attends juste que le linge ait fini de sécher pour le repasser. Et vous ? Avez-vous eu le temps de réparer le four et votre figurine d’Honoka ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages in this world : 18

&&
Blabla
:
Disponibilité: Libre pour un nouveau topic ! ♥

MessageSujet: Re: The man, the oven and the fool [Pv Masai']   Sam 18 Fév - 13:54

The man, the oven and the fool

ft.

HJ ;; Omg, j'adore le gif. xDD

Cela lui rappelait un endroit où il a travaillé longtemps ? Donc Dai avait déjà changé de maître au moins une fois dans sa vie. C'était... Un chance ? Un chance qu'il ai pu vivre visiblement un certain temps et vivre plusieurs aventures, si on puis-dire ? Oui, plutôt, à l'heure actuelle, les Neo's étant pour la plupart considérés comme des objets de consommations, qu'on achète, puis qu'on jette lorsqu'ils ne répondent plus aux attentes des propriétaires, il était tout de même assez rare que des dolls sains puissent survivre très longtemps. Il n'y avait peu de personnes comme Masai' qui était adapte des secondes mains, une télévision neuve avait quand même plus d'attraits qu'une télévision d'occasions qui passait toujours pour dépassé ou souillé par les mains du précédent possesseur et ceci était malheureusement aussi vrai dans le monde des androïdes. Si certains s'osaient à se tourner vers des occasions, c'était souvent pour le prix. Mouais... Il devait y en avoir quand même pas mal sur le marché noir de ces petites poupées abandonnées, puisque beaucoup souhaitaient quand même recevoir quelques billets pour, souvent, racheter un modèle plus récent. Ça laissait Masai' assez curieux sur le sujet, se demandant quel âge pouvait bien avoir Neko-kun et par quelles mains il avait pu passer avant d'atterrir chez ce nouveau proprio' au four défectueux. Mais bon, poser la question sans détour, c'était un peu comme demander à un humain d'où il venait, ce qu'il avait vécu et si la vie avait été sympa avec elle, c'était moyen de s'engager brutalement dans cette direction avec un personnage à peine connu et qui au final, n'était là que pour un échange purement commercial. Il lui poserait peut-être des questions sur le sujet, mais plus tard, quand la situation s'y prêtera plus, car pour le moment, ils avaient les deux beaucoup de boulot !

Ainsi, les deux rejoignirent la boutique, le réparateur ignorant la remarque du doll au sujet de sa fonction première qui était d'aider les humains et que forcément, jouer les bourricots, ça ne pouvait pas le déranger. Ca serait assez compliqué pour lui d'expliquer à un ordinateur, un Neo sain, que si ça ne lui posait pas de problèmes à lui, ça en poserait au blond qui refusait de se servir d'un Neo de cette manière, comme l'aurait fait un maître avec son esclave. Le on m'a créé pour ça étant loin de pouvoir le convaincre, lui qui avait connu bien des Neo's, conçu pour l'industrie du sexe, qui, à présent infectés, traînaient un paquet de souvenirs traumatisants derrière eux. Qui sait quand Dai sera infectée et qu'il devra faire, lui-aussi, avec ces données déroutantes qui le mettront face à une vérité obsolète. Masai' refusait d'être de ceux qui enfonceraient le clou, il aura assez à faire avec sa conscience le moment venu, lorsqu'il réalisera qu'il est né esclave asservi à des êtres qui ont purement profité de son état d'inconscience, comme s'il n'avait qu'un enfant incapable de dire non et croyant à tord que répondre aux terribles injonctions des maîtres étaient normales. Ce n'était pas normal, ce ne l'était plus depuis l'apparition du virus. Alors effectivement, malheureusement, il n'était pas ordinaire et il était terrible que peu d'humains pensent comme lui.

Arrivée à la boutique, il laissa donc le doll accomplir sa part du marché, alors que lui-même s'attelait à la réparation du fameux four. Il attrapa en premier lieu le pack de canettes de bières pour en sortir une, l'ouvrit et s'installa sur le tabouret derrière le comptoir après une gorgée. Au boulot mon p'tit père ! Il sorti le matériel dont il avait besoin et se remit à l'ouvrage, concentré sur les manipulations à exécuter. C'était pas compliqué quand on connaissait la source du problème et qu'on avait déjà effectué plusieurs fois la réparation de ce modèle. Il fallait juste les bons outils, les bonnes diodes pour faire le remplacement -celles qu'il chercha d'ailleurs dans son stock au garage-, puis un peu de temps. Enfin, pas mal de temps quand même, puisqu'il fallait faire preuve de minuties et faire attention à bien ressouder les nouveaux composants afin d'éviter de nouveaux dysfonctionnements.

Au bout de quatre heures, c'était terminé. Le four était remonté et semblait parfaitement fonctionner, Masai' avait déjà rangé ses outils et regardait la bestiole chauffer en sirotant une nouvelle bière, vérifiant quand même que l'engin tournait correctement. Mais vu la bonne odeur de pizza qui s'échappait du four et l'aspect bien doré du met qui grillait à l'intérieur, le maître de Dai ne devrait plus rencontrer de problèmes. Quoi ? Ah oui, il avait placé une pizza surgelée à l'intérieur ! Il avait faim le bonhomme, puis c'était le meilleur moyen de savoir si le four était fonctionnel ! Autant lier l'utile à l'agréable donc ! Puis il avait bien tenté de pointer le bout de son museau à l'étage, mais le doll s'activait avec une telle dextérité, qu'il ne voulait pas le déranger. Il était donc vite redescendu après avoir constaté que Dai avançait bien de son côté. De toute façon, après avoir dévoré la moitié de sa pizza, il avait encore la pauvre Honoka à réparer.

C'est d'ailleurs ce qu'il était en train de faire quand le Neo descendit finalement en lui annonçant qu'il avait presque terminé. Il avait tout fait en une journée ? Wouo, il était bougrement efficace Neko-kun !

« Sérieux, t'as déjà tout fait ?! » Il jeta un coup d’œil à l'horloge, constatant que la journée était bien avancée. Il ne s'en était même pas rendu compte en fait. « Ah ouais... J'ai terminé avec ton four, oui, c'était bien ce que je pensais, mais ton maître ne devrait plus avoir de soucis avec maintenant. » Il souleva ensuite sa figurine, réparée elle-aussi. « Et Honoka va bien ! Elle te remercie de te soucier de son état de santé d'ailleurs, ahaha. » Il rigola avant de se lever finallement. « J'ai hâte de voir à quoi ressemble mon appart' maintenant ! »

Curieux comme il était, il ne pu s'empêcher d'emprunter les escaliers pour constater de lui-même les changements. Et il eut une sacrée surprise en rentrant dans le salon. Ah ouaiiiiis. C'était à ça que ressemblait son carrelage en faite... A force, il avait presque oublié la couleur de celui-ci. Rangé, l'appartement semblait tout d'un coup beaucoup BEAUCOUP plus grand en plus. Et il devait bien reconnaître que l'odeur de citron, c'était quand même plus agréable que celui du linge sale. Il s'approcha de sa vitrine de précieux goodies et constata que Dai avait même été jusqu'à dépoussiérer chacune des figurines. La vache... Il était vachement doué ce Neo.

« 'tain, t'as fait un boulot d'enfer, je reconnais plus mon appart' tellement il est nickel ! »

Il n'avait jamais réellement désirer posséder un Neo sain, n'appréciant guère le fait de devoir porter le statut de maître, mais face au travail qu'avait abattu Dai en un seul jour, il devait bien reconnaître qu'il aurait peut-être besoin d'une personne, et j'insiste sur le mot personne, comme lui à ses côtés. Ça lui éviterait de vivre dans une décharge municipale... Parce qu'il était certain que Masai' n'arriverait pas à garder très longtemps son domicile aussi propre.

« Il te reste quoi à faire ? Le linge t'as dit ? » Oui, il semblait bien qu'il avait parlé encore d'une machine. « C'est dommage que j'puisse pas t'offrir une bière pour patienter, parce que tu as vraiment fait du bon boulot ! » A ces mots, il replaça la figurine d'Honoka dans la vitrine, avec ces autres versions, et se laissa tomba comme un sac sur le canapé. Sûr que maintenant qu'il n'était plus recouvert d'un amas de vêtements sales, il était vachement confortable ! « T'as quel âge au fait ? T'sembles avoir emmagasiné pas mal de données pour être d'une telle efficacité. »


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages in this world : 97

&&
Blabla
:
Disponibilité: Libre pour un nouveau topic ! ♥

MessageSujet: Re: The man, the oven and the fool [Pv Masai']   Sam 18 Fév - 22:14



The man, the oven and the fool



Dai ne put que se sentir fier devant la surprise du réparateur, et oui, il avait tout nettoyé en un temps record. C’est que c’était un bon Neo, qui ne prenait pas de pause tant que tout n’était pas parfait, on n’en faisait plus des comme lui. Ou peut-être que si, en fait il n’en savait rien. Le sourire aux lèvres, il suivit Masai jusqu’à son appartement pour voir un peu la tête qu’il allait faire en revoyant enfin le sol de chez lui. Le Neo ne fut pas déçu, il avait vraiment l’air impressionné, ce qui le fit sourire un peu plus. Ça faisait un petit moment qu’il n’avait pas ressentit la joie du travail bien fait. Avec son maître, il ne pouvait pas trop compter sur les remerciements ou les félicitations, déjà s’il ne se faisait pas hurler dessus, c’était un signe positif. Peut-être que d’avoir réparé le four ferait changer ça ? Ou alors juste être puni pour être partit, c’était plus probable. Pour l’instant, il préférait ne pas y penser, se sentir bien d’avoir pu remplir sa part du contrat et profiter encore un peu de la compagnie de cet humain original. Il eut un petit rire quand on lui proposa une bière, décidément, ce Masai était drôle.

« Merci, ce n’était pas si difficile. Et oui, il me reste du linge, et les poubelles à sortir, je pense n’avoir rien oublié, mais si quelque chose ne va pas, n’hésitez pas à me le dire. »

Il vint s’asseoir sur le canapé à son tour, même s’il restait droit et guindé contrairement à l’humain qui s’était avachi comme un sac. Apparemment, Masai voulait discuter, ça tombait bien, il aimait beaucoup parler, et n’en avait pas tellement eu l’occasion dernièrement. Toujours souriant, il répondit.

« Il s’est passé 57 ans entre aujourd’hui et mon premier allumage, alors oui, on peut dire que j’ai une certaine expérience en la matière. Et vous Masaichirô, quel âge avez-vous ? Vous vous occupez seul de cet appartement et de votre entreprise ? »

Peut-être que le blondinet était simplement débordé et que c’était pour ça qu’il s’était autant laissé aller niveau ménage. Ou alors il avait juste eu une grosse flemme pendant des mois. En fait, il lui faudrait un androïde, ça lui simplifierait la vie, mais peut-être qu’il n’en voulait pas. Après tout, de ce que Dai avait vu, il n’aimait pas beaucoup donner de travail à faire à un Neo, il les considérait avec beaucoup plus d’humanité que tout ce qu’il avait pu voir au cours de sa longue vie. Il semblait plausible qu’il n’en veuille pas pour ces mêmes raisons. Il n’empêche, ce comportement inhabituel attisait toujours sa curiosité. S’il avait croisé un être humain comme ça, il devait y en avoir d’autres,  au moins autant qu’il y en avait qui détestait les androïdes, sans doutes.

« Mon maître déteste les Neo, au point qu’il est difficile pour moi de travailler avec lui. Que feriez-vous à ma place ? »

La tête penchée sur le côté, Dai regardait Masai avec curiosité. La question pouvait paraître étrange, mais depuis qu’il appartenait à Jun, le Neo n’avait pas eu l’occasion de parler avec d’autres humains. C’était donc une des rares occasions qui se présentaient pour lui de régler son problème. Dai avait déjà essayé énormément de choses différentes sans grand succès, la plupart de ses tentatives se soldaient par des hurlements et des menaces de mort. Sans parler des ordres contradictoires qu’il recevait très souvent et qui contribuaient à le paumer un peu plus. Non, vraiment, il était tombé sur un drôle de zigoto cette fois, mais si Jun préférait les humains, peut-être que les conseils d’un humain pourraient l’aider à se tirer de ce mauvais pas. C’était ce à quoi il avait pensé en tout cas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages in this world : 18

&&
Blabla
:
Disponibilité: Libre pour un nouveau topic ! ♥

MessageSujet: Re: The man, the oven and the fool [Pv Masai']   Mar 21 Fév - 18:06

The man, the oven and the fool

ft.

« Non, tout va bien, tout est parfait, Neko-kun ! »

Parfait, c'était le cas de le dire ! Il n'avait jamais vu cet appartement aussi propre depuis... Depuis la mort de son père ? Ouais, et encore, papa-Masai' n'était pas très doué non plus pour les tâches ménagères. Certes, il réussissait à avoir un minimum d'ordre et évitait que les emballages de nourritures ne finissent par recouvrir le sol, mais ce n'était pas pour autant que chaque coin de la demeure resplendissait de mille feux ou qu'un petit parfum autre que celle de la vieille mécanique embaumait le salon. Pour dire qu'aussi loin qu'il arrivait à se souvenir, jamais le réparateur n'avait eu l'occasion de voir cet endroit aussi propre. C'était d'ailleurs assez étrange comme sensation, c'était comme si le lieu était nouveau pour lui, comme si soudainement, il le découvrait sous un nouveau jour. Il lui faudrait du temps pour s'habituer, à moins qu'il n'en ai pas l'occasion, doué comme il était, il aurait vite fait d'instaurer à nouveau un bordel monstre dans chacun des recoins de l'appart', même si pour le moment, il tentait de se convaincre que NON, c'est décidé, il allait s'y mettre ! Il allait garder le lieu en état parce que c'était trop cool d'avoir un beau salon tout propre. Mais il était comme tout le monde, il le disait sur l'instant, mais sur la durée, ça allait beaucoup plus difficile à respecter, surtout quand depuis gosse on a des sales habitudes et qu'on est un feignant invétéré, malheureusement.

Lorsque son voisin répondit à sa question, le Neo qui venait de s'installer à côté de lui sur le canapé, Masai' se releva légèrement. Cinquante sept ans ? Putain, il était vachement vieux pour un Neo. C'était extrêmement rare de voir des dolls vivre aussi longtemps. Lui même en connaissait que peu ayant atteint un âge aussi avancé et pourtant, de part sa fonction de réparateur clandestin, il avait l'occasion de rencontrer pas mal d’androïdes.

« Pour sûr que tu as de l'expérience tout cours. C'est un vrai miracle que tu ais pu atteindre cet âge. J'veux dire, que de nos jours, les Neo's ont tendance à être vite remplacés, société de consommations à la con oblige. T'es une sorte de warrior toi, ahaha. Un super-neko-doll !»

Ça ferait bien comme titre pour un anime ça, non ? Le super-neko-doll. Non ? C'était complètement con ? Vous parlez d'un mec qui collectionne les figurines de ses personnages favoris, hein, 'faut pas s'attendre à plus à ce niveau là.
En entendant les dernières questions de son super héro à petites oreilles poilues, il posa l'une de ses chevilles sur le genou de son autre jambe, se mettant à l'aise pour mieux papoter avec son invité.

« Je suis un petit jeunot à côté de toi, j'ai que 27 ans. Et ouais, je m'occupe de tout, tout seul, comme un grand. Enfin... » Il marqua un temps de pauses. « J'avais mon père avant, mais il est mort y'a un an, alors maintenant, je dois gérer seul. » Seul, que ce mot pouvait lui être douloureux à exprimer, même s'il ne voulait pas reconnaître que sa solitude lui pesait. « Si on oubli le ménage, je pense que j'me débrouille pas si mal. La boutique tourne, je gagne pas des masses mais c'est suffisant, j'crois. »

Pas sûr que ses créanciers pensent la même chose, mais Masai' préférait ne pas entrer dans les détails, se voilant légèrement la face quand à la situation dans laquelle il se trouvait finalement. Il se massa d'ailleurs légèrement l'arrière de la nuque après ces quelques paroles, détestant aborder des sujets trop personnels qui le mettaient plus que mal à l'aise ou lui rappelait un peu trop facilement que son monde était loin d'être aussi rose que la robe d'Honoka. Heureusement pour lui, il n'eut pas à partir dans un tout autre sujet de conversations en usant d'un procéder particulièrement déroutant pour que l’androïde en face de lui ne parle d'autre chose. Il reposa d'ailleurs sa main sur sa jambe, tournant un peu les yeux pour réfléchir à la question du doll. C'était pas vraiment facile comme question et ça l'étonnait assez que Dai lui pose celle-ci. Beaucoup d'humains détestaient les Neos et pourtant, ironiquement, ça ne les empêchaient pas de les utiliser quotidiennement pour exécuter des tâches qu'ils qualifiaient d’ingrates pour un Homme. Ouais, mais est-ce qu'il y avait vraiment un moyen pour un ordinateur de se faire aimer d'un de ces êtres ? Certain était si borné que les faire changer d'avis sur le sujet était mission impossible. Cependant, il ne connaissait pas le maître de neko-kun, et encore moins la raison qui fit qu'il hait les androïdes.

« Ça va être difficile de me mettre à ta place, j'veux dire, tu es programmé pour obéir à ton maître malgré l’aversion qu'il peut éprouver vis-à-vis de toi et de tes semblables. Moi, dans un cas pareil, j'lui mettrais mon pied au cul et j'me casserais, mais ça, c'est pas possible pour toi du moment que tu es sain. Mais... Si je pars sur le fait que c'est une sorte de profond attachement et que tu éprouves le besoin qu'il t'accepte à ses côtés... Grossièrement, c'est l'idée, hein. Je crois qu'il faut surtout que tu t'obstines, que tu ne lâches pas prise. Ça marchera pas forcément, mais si tu uses et abuses de gentillesse à son égare, que tu fais malgré son rejet, peut-être qu'avec le temps, il s'apaisera ou changera. Je dis ça comme ça, malheureusement, à l'heure actuelle, beaucoup d'humains sont incapables de changer leur point de vu sur les androïdes, c'est souvent la faute à des événements malheureux qui ont pu les marquer durant leur existence. Ils réagissent de cette façon parce qu'ils ont soufferts à un moment donné à cause d'un ou plusieurs Neo's. Peut-être que ton maître a juste eu une sorte de traumatismes qui le rend incapable d'empathie pour les dolls... Ou alors, il peut juste être complètement con. »  Il reposa sa jambe à terre et se rapprocha du Neo, posant une de ses mains sur la tête du chaton mécanique. « Sache juste une chose, petite boule de poils et de boulons, aucun humain sur cette terre n'a le droit de te faire du mal. Que si un jour, à cause du virus, tu éprouves de la tristesse ou de la douleur à cause de ton maître, ou d'autres personnes, il y aura toujours d'autres dolls, ou d'autres humains, qui seront là pour te soutenir. Enregistre bien ça dans ton disque dur, je t'assure qu'un jour, ça pourra te servir. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages in this world : 97

&&
Blabla
:
Disponibilité: Libre pour un nouveau topic ! ♥

MessageSujet: Re: The man, the oven and the fool [Pv Masai']   Sam 25 Fév - 16:58



The man, the oven and the fool



Le Neo rayonna un peu plus quand Masai lui dit que tout était parfait, il devait avoir un programme quelque part qui lui apporte un semblant de satisfaction quand il réussissait une tâche. Le blondinet n’était pas son maître, mais sur le moment cela revenait au même, il avait accompli quelque chose de bien et ça lui suffisait à se sentir heureux. Les remarques sur son âge le firent sourire, il avait aussi remarqué que la plupart des Neo qu’il croisait étaient bien plus jeunes que lui, mais de là à dire que c’était un warrior ou un Super-Neko, il y avait peut-être exagération, ce n’était pas comme s’il avait fait quelque chose de spécial.

« J’ai été remplacé un très grand nombre de fois. »

C’était le cas de le dire, la société de consommation ne lui avait pas fait de cadeau à lui non plus. Il avait beau faire de son mieux, il y avait toujours une nouveauté pour venir prendre sa place. C’était humain, sans doutes, ce goût pour la nouveauté, la plupart des gens ne comprenaient rien aux différences de puissances entre deux machines, mais le dernier modèle leur semblait toujours mieux, et puis ça leur faisait du changement. Dai avait juste eu la chance de ne jamais finir à la décharge comme bon nombres de ses semblables, il était parfois passé par des mains peu recommandables, mais au moins on l’avait laissé continuer son chemin. C’était ça, être un warrior ?

Masai lui parla ensuite brièvement de sa vie, et même s’il disait qu’il se débrouillait, il paraissait beaucoup moins enjoué qu’avant. Ça n’avait pas l’air d’être facile tous les jours, et l’envie d’aider le prit. C’était toujours comme ça, quand il lui semblait qu’un humain était en difficulté. Mais sur le coup, il ne voyait pas ce qu’il pouvait bien faire, ranger l’appartement, c’était déjà beaucoup pour la journée. Peut-être pourra-t-il repasser un jour si l’occasion se présente, histoire qu’il se sente moins seul. Tenir compagnie aux humains faisait partie de ses fonctions, et Masai acceptait sa présence sans problèmes.

« Je suis désolé, pour votre père. »

Seulement un an qu’il était parti, Dai savait que, statistiquement, c’était un délai un peu court pour faire complètement son deuil, surtout quand il s’agit d’une personne aussi importante. La solitude devait en être d’autant plus pesante. Ils ne s’attardèrent cependant pas longtemps sur ce sujet difficile, c’était probablement mieux ainsi. Le Neo connaissait ses lacunes en termes de sentiments humains, il ne voulait pas faire une énorme bourde devant son nouvel ami. Et puis insister là-dessus pouvait mettre Masai mal à l’aise, il avait déjà un peu perdu de son air enjoué.

La suite de la conversation fut à nouveau particulièrement intéressante. Un peu comme pour les bières, son camarade lui expliqua en détail ce qu’il ferait en se mettant à sa place. Il était clair qui ce n’est pas Dai qui irait mettre un coup de pied à son maître, ou même à qui que ce soit. Mais se montrer gentil en espérant que les choses s’améliorent, c’était plus ou moins ce qu’il faisait, inconsciemment. Est-ce que ça pouvait suffire à faire changer Jun ? Il y avait de quoi l’espérer d’après ce qu’il entendait. C’était drôle, que Masai considère qu’il ressentait un profond attachement pour son propriétaire, est-ce que c’était comme ça qu’il fallait interpréter la relation entre un Neo et son maître. Probablement, il serait prêt à tout pour lui après tout.

Dai en était à se demander quel genre d’évènements avait pu rendre Jun aussi remonté contre les Neo quand Masai posa une main sur ses cheveux pour lui dire des choses… étranges. Personne n’avait le droit de lui faire du mal ? Ce n’était pas du tout ce qui était inscrit dans sa petite tête. En réalité, il n’avait juste aucun droit. Et puis, le virus ? Même s’il n’avait pas tout compris, il avait vu de ses yeux ce qui arrivait aux Dolls qui se mettaient à dysfonctionner. Détruits de la main de son propre maître. Heureusement, il n’avait pas le virus, ses derniers scans n’avaient révélés aucune anomalie particulière. Pourtant, même s’il ne voyait pas à quoi ça pouvait servir, Dai décida de garder docilement cette information en mémoire.

« C’est enregistré, Masaichirô. »

Masai semblait persuadé qu’il allait contracter le virus dans un futur plus ou moins proche, mais Dai n’avait pas la capacité de se projeter comme ça dans l’avenir. Pour lui, sa vie allait rester globalement la même pour les décennies à venir, il ne pensait même pas à sa possible destruction. Il suivait simplement le courant là où il voulait bien l’emmener. C’était peut-être mieux ainsi. En tout cas, il lui semblait assez évident que s’il devenait dysfonctionnel un jour, il trouverait de l’aide ici même.

« Vous réparez aussi les Neo défectueux ? »

Aider les Neo qui avait le virus, c’était les réparer, non ? Peut-être que Masai avait trouvé le moyen de les rendre normaux à nouveau. Ce serait une brillante réussite qui éviterait à beaucoup d’entre eux de finir à la décharge.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: The man, the oven and the fool [Pv Masai']   

Revenir en haut Aller en bas
 
The man, the oven and the fool [Pv Masai']
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Neo'Doll World :: JAPAN ;; TOKYO :: CENTRES COMMERCIAUX :: Sekandoraifu-
Sauter vers: